Adios zone de confort

Faut-il ABSOLUMENT vouloir sortir de sa ZONE de CONFORT ?

Depuis plusieurs années, il y a une grande tendance en développement personnel qui est celle de dire « tu dois sortir de ta zone de confort ».

Une sorte d’injonction divine qui laisserait supposer que, si vous ne faites pas ça vous allez subir les foudres d’une force supérieure inconnue, ou alors que vous allez régresser ou complètement rater votre vie.

Et bien dans cette vidéo, on va apprendre à se détendre un peu par rapport à ça. Et je vais vous expliquer pourquoi vous devez aussi pourquoi vous devez aussi apprendre à chérir votre zone de confort. Je vous en parle juste après ça.

Avant d’aller plus loin…

Et avant de rentrer dans le vif du sujet mes amis, pour celles et ceux qui ne me connaissent pas encore, je m’appelle Jung. J’aide les adoptés à libérer leur pouvoir de résilience dans le but de faire la paix avec leur passé pour se construire une vie inspirante et remplie de sens.

Sur cette chaine, je vous propose du contenu en lien avec l’adoption bien entendu, mais également des notions de développement personnel. Une sorte de boite à outils. Pour vous aider à vous construire et à vous épanouir.

D’ailleurs, si vous aimez mes vidéos, je vous invite dès maintenant à mettre un petit pouce en l’air. Parce que ça fait plaisir et puis en plus ça m’encourage vraiment à continuer et à vous apporter toujours plus de conseils et plus de qualité.

Et puis je vous invite également à vous abonner à la chaine si c’est pas encore fait, et activer la petite cloche pour recevoir toutes les notifications et les nouvelles vidéos avant tout le monde.

Et enfin, si vous le souhaitez, partagez cette vidéo. Surtout si vous sentez que ça peut au moins inspirer une personne autour de vous.

La zone de confort, c’est quoi ?

Alors tout d’abord, de quoi parle-t-on quand on parle de zone de confort ?

Le confort matériel

Et bien on parle de tout ce qui nous apporte du confort. Ca peut être quelque chose de matériel, quelque chose de palpable. Par exemple le bureau dans lequel on travaille, dans lequel on se sent bien. Une maison dans laquelle on se sent bien aussi. Un vieux canapé, un vieux pyjama tout troué mais tellement douillet. On sait pourtant que le canapé nous fait mal au dos, qu’il est tout bancal, qu’il mériterait d’être changé. Mais il fait tellement partie de notre vie, on y a associé tellement de souvenirs que si une personne venait un jour à le changer par un canapé ultra confortable et flambant neuf, on irait presque jusqu’à l’engueuler parce qu’il a benné notre vieux canapé miteux sans nous en parler.

Une situation confortable

Ca peut être aussi un état. Ca peut être une situation. Par exemple une personne qui tient absolument à rester célibataire va rester dans sa zone de confort. Pourquoi ? Parce qu’ainsi, il va s’éviter tout ce qui dans le couple ou dans une relation lui évoque des choses qu’il juge inconfortable. Ca peut aussi être une personne dans le milieu professionnel qui s’obstine à garder un emploi qui ne l’épanouit pas. D’une part parce qu’il se convainc qu’il n’est pas sûr de trouver mieux ailleurs. Et d’autre part parce que, malgré les inconvénients de son poste, ça lui garantit malgré tout une sorte de confort mais somme toute relative.

Des habitudes confortables

Ca peut être aussi des habitudes, des routines, des choses qu’on fait depuis tellement longtemps, mais qui nous procure un sentiment de liberté, un sentiment de confort. Quelque chose qu’on fait sans avoir à faire d’effort, sans hésitation, et qui génère en plus de ça du plaisir à court terme. Par exemple manger du chocolat, trainer sur les réseaux sociaux, regarder la télévision pendant des heures. Des choses qui bien souvent nous incite à procrastiner sur d’autres choses qui sont indispensables mais qui, pourtant, au moment où on y pense, nous semblent du coup inconfortables.

Des relations confortables

Ca peut être aussi des relations. Parfois on reste en couple avec une personne, ou on reste amis avec certaines personnes juste parce que ce sont des relations qui sont établies depuis tellement longtemps que le cerveau n’envisage même pas de remettre ces relations en question. Et ce même si le couple bat de l’aile ou si l’amitié s’effrite.

Des attitudes confortables

Ca peut aussi être des attitudes, par exemple ne pas parler aux gens, ne pas faire le premier pas pour créer une connexion. Les personnes qui souffrent de timidité, de manque de confiance, de problèmes d’estime de soi, ont souvent ce genre d’attitudes et bien souvent en souffrant également mais sur le moment, elles ne souffrent pas de ne pas parler aux gens, elles souffrent d’avoir peur de ce qui pourrait se passer si elles parlaient au gens. Ca les met dans l’inconfort.

Alors que ne pas aller parler à ces gens, ne pas draguer cette fille, ne pas passer c et entretien, oui ça crée des frustrations, oui ça amplifie le manque d’estime, le manque de confiance etc, mais sur le moment ça nous protège d’un échec éventuel. Ca nous protège du jugement, du regard de l’autre, de la difficulté. Donc c’est plus confortable finalement que l’histoire qu’on s’imagine si on le faisait, ou si on passait à l’action.

Des croyances confortables

Ca peut être aussi toutes ces histoires qu’on se raconte, toutes nos croyances. J’ai d’ailleurs fait une vidéo sur les croyances limitantes. Je vos mets le lien juste ici, et puis également en description juste en dessous. Donc toutes ces histoires et ces croyances qui sont autant de paramètres qui rentrent dans notre zone de confort. Par exemple, une personne qui souffre de la peur du rejet et qui a la croyance que personne ne l’aime, et bien mettra en place des stratégies qui viendront conforter cette croyance. Et dans conforter, il y a confort.

C’est pourtant pas quelque chose d’agréable. Il faut savoir que le cerveau ne trouve pas le confort dans ce qui est agréable. Il trouve le confort dans ce qu’il connait. Dans ce qu’il croit vrai.

Les deux équations à prendre en compte

L’équation que tout le monde ignore

Donc, sans que ce soit quelque chose d’agréable pour le cerveau, puisque c’est quelque chose qu’il connait, et bien ça devient quelque chose de confortable.

Et ce qui crée e la frustration, de la culpabilité, du mal-être, c’est tout ce paradoxe qui tourne autour de l’équation « désagréable » = « confortable ».

Et on pourrait inclure encore beaucoup de choses dans ce qu’on appelle la zone de confort, mais celles-ci, celles que je viens de vous citer, sont vraiment les plus courantes.

L’équation à laquelle trop de monde croit

Je ne sais plus qui disait « on surestime ce qu’on peut faire en un an mais on sous-estime ce qu’on peut faire en 5 ou en 10 ans »

C’est une citation que beaucoup de mentors, beaucoup de coaches, beaucoup de conférenciers ont repris et à juste titre parce que c’est une citation qui est juste tellement vraie. Il n’y a qu’à voir toutes ces résolutions par exemple qu’on prend en début d’année. On profite de l’engouement des fêtes, on profite des effusions du nouvel an pour se fixer des objectifs, mais bien souvent sans vraiment qu’il y ait une vraie réflexion derrière.

Par exemple « je veux perdre 20kgs d’ici l’été » « Je veux changer de job cette année » « je veux m’inscrire à la salle de sport et aller m’entrainer 3 fois par semaine » « J’ai envie de doubler mon salaire ».

Autant d’objectifs qui font rêver parce qu’ils font écho à un réel besoin très certainement. Mais passé l’engouement des fêtes, bien souvent quand on repense à sa résolution quelques jours après, et bien l’énergie est retombée et le cerveau reprend le dessus : objectif = effort. effort = inconfort. Donc objectif = inconfort

Pour le cerveau l’équation n’est pas plus compliquée que ça.

La peur de se mettre en danger

Si je suis timide et que mon objectif c’est de devenir à l’aise devant les gens, cette perspective de devenir un jour cette personne, oui elle me fait rêver. Mais le chemin à parcourir pour arriver à atteindre mon objectif risque de me sembler tellement insurmontable. Pourquoi ?

Parce qu’il m’amène beaucoup trop loin au delà de ma zone de confort. mais l’objectif n’est pas pour autant inatteignable, et ça il faut en avoir conscience. L’idée que je vous propose ici dans cette vidéo s’inspire de la méthode Kaizen, qu’on appelle aussi la méthode des petits pas.

Si le chemin semble long, semé d’embuches, trop éloigné de ma zone de confort. L’idée ici est de créer tout au long du chemin des petites étapes. Et chaque jour vous vous dites que vous allez faire un petit pas de plus que la veille. Juste un petit pas au delà de la limite de votre zone de confort. Un petit pas qui va vous permettre de vous faire grandir en douceur et de faire grandir votre zone de confort. Juste ce petit pourcent supplémentaire. Ce minuscule effort inconfortable mais qui demain deviendra confortable tout simplement parce que vous aurez élargi votre zone de confort grâce à ce tout petit effort.

Oser sortir de sa zone de confort

Ce petit pas qui vous fera sortir de votre zone de confort

Imaginez que vous décidiez de vous mettre à la course à pied et que vous n’avez jamais couru plus d’un kilomètres, plus de 1000 mètres. Si vous vous fixez comme objectif de courir un marathon dans un an. Et bien. l’objectif aujourd’hui, forcément va vous sembler insurmontable. Comment passer de 1km à 42km dans un an ?

Cependant, est-ce que le fait de vous dire que demain, vous allez juste ajouter 1% de plus. Est-ce que ça vous semble quelque chose d’insurmontable ? est-ce que vous vous sentez capable de courir 1010m au lieu de 1000m ? de courir 10m seulement de plus ? Il y a de fortes chances pour que l’effort que ça va vous demander, vous ne le sentiez même pas. Et si le lendemain vous ajouter encore 1% supplémentaire. Et 1% encore le surlendemain et ainsi de suite. En 365 jours, en ajoutant chaque jour 1%, vous pourriez être capables de courir plus de 37km.

Alors certes les mathématiciens me diront que ça fait pas le marathon, mais la démonstration est tout de même éloquente. Et bien sûr, en effet pour les puristes, ça prend pas en compte les jours de repos, les jours où on court un peu moins longtemps. Mais juste de prendre conscience qu’il vous faudrait 400 jours pour courir un marathon en partant d’aujourd’hui de 1000m, seulement en ajoutant 1% par jour, c’est quand même assez éloquent.

Pourquoi il faut chérir sa zone de confort

Donc l’idée c’est vraiment de chérir votre zone de confort. Parce que chaque jour votre zone de confort représente un peu plus de 99% de ce que vous avez à faire. Et ce petit pas en dehors de votre zone de confort ne représente qu’un tout petit pourcent.

Et je vous pose la question : le sportif qui va à la salle de sport : est-ce qu’il progresse plus en soulevant des poids qui sont à la limite de ce qu’il peut soulever, voire un tout petit peu au dessus ? Ou est-ce qu’il progresse plus en soulevant des poids faciles pour lui ?

Forcément il va davantage progresser en repoussant à chaque fois ses limites. Mais si son record c’est 120kgs et qu’il décide d’un seul coup de surpasser ses limites en mettant 140, il y a de fortes chances pour qu’il échoue. Alors que s’il décide d’jouter les poids 500g par 500g, il y a bien plus de chances pour lui pour que ses progrès soient plus efficaces. Et ça marche à peu près pour tout.

Pour reprendre tout à l’heure mon exemple de la timidité : est-ce que je peux devenir hyper à l’aise ? parler à tout le monde dans la rue ? aller draguer cette fille ? partir hyper confiant à cet entretien d’embauche comme ça, du jour au lendemain ? Bien sûr que non. Ca risque d’être très compliqué.

La méthode des petits pas

Mais par contre, je peux décider des petits pas que je vais faire chaque jour pour élargir ma zone de confort. Je peux décider de dire bonjour quand je rentre dans la boulangerie. Si je suis très timide et que je ne le faisais pas avant, il se peut que rien que ça ce soit un super challenge pour moi. Et puis le lendemain, et bien je refais pareil, mais en plus de ça j’entre dans la boutique en n’ayant plus la tête basse, mais juste en regardant les gens en entrant. Et ça c’est ce petit pourcent supplémentaire.

Puis le surlendemain je refais tout comme la veille, mais en plus de dire bonjour et d’entrer en levant la tête dans la boutique, et bien j’arrive en souriant.

Et petit à petit j’augmente un peu le challenge, mais de manière à ce que ce challenge reste confortable. Que cette petite sortie de zone me donne l’impression de ne pas l’avoir quittée. Et de se fixer. comme objectif, plutôt qu’un résolution irréalisable, et bien de s’octroyer chaque jour une occasion de faire une toute petite chose inconfortable.

D’une part, ça vous aidera à vous familiariser avec le challenge, et d’autre part vous augmenterez votre zone de confort au point de devenir à l’aise en très peu de temps avec des choses qui aujourd’hui vous semblent peut-être inatteignables.

En conclusion

Alors c’est à vous maintenant. Dites moi dans les commentaires quels petits challenges vous allez vous lancer. Quelles petites choses inconfortables vous allez réaliser, quelles décisions vous allez prendre aujourd’hui. Je me ferai un plaisir de vous lire.

En attendant, partagez cette vidéo autant que possible pour inspirer d’autres personnes autour de vous. et surtout abonnez vous à la chaine si c’est pas encore fait. et nous on se retrouve très bientôt dans une nouvelle vidéo. A très bientôt mes amis.

Faites connaître cet article:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

VOTRE GUIDE GRATUIT Spécial ADOPTION

DÉCOUVREZ LES 5 ÉTAPES QUI VOUS AIDERONT À COMPRENDRE VOTRE HISTOIRE, À FAIRE LA PAIX AVEC VOTRE PASSÉ, ET À VOUS CONSTRUIRE UNE VIE ÉPANOUISSANTE

 

On Key

Sur la même thématique :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
Presque fini ! 50%

Reprenez votre vie en main dès maintenant !

Accédez gratuitement À VOTRE GUIDE GRATUIT / SPÉCIAL ADOPTION

... Et découvrez les 5 étapeset qui vous aideront à comprendre votre histoire, à faire la paix avec votre passé, et à vous construire une vie épanouissante...
en vous reconnectant, dès aujourd'hui, à vos valeurs les plus profondes !

Ebook en quête de sens adoption

LES 5 ÉTAPES QUI VOUS AIDERONT À FAIRE LA PAIX AVEC VOTRE PASSÉ, ET À VOUS CONSTRUIRE UNE VIE ÉPANOUISSANTE

- reprenez les commandes de votre vie -

%d blogueurs aiment cette page :